Vous êtes ici :   Accueil » Saint Maximilien Marie Kolbe
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Calendrier
Cholet 49
Loire-Atlantique 44
Maine-et-Loire 49
Sarthe 72
Vendée 85
Visites

 813542 visiteurs

 35 visiteurs en ligne

Nous contacter


 

Saint Maximilien-Marie Kolbe (1894-1941) : apôtre et martyr

portrait_maximilien_kolbe.jpg

La vie du Père Kolbe est exemplaire.

Ascension spirituelle et consécration totale à l'Immaculée, tel est le programme de sainteté de ce "Chevalier de l'Immaculée", appelé par l'amour à faire renaître le monde.

1- Enfance de Raymond

     Raymond Kolbe est né le 8 janvier 1894 à Zdunska Wola en Pologne et baptisé le même jour à l'église Notre-Dame-de-l'Assomption. Ses parents, ouvriers tisserands, sont de fervents catholiques. Ils habitent une modeste maison où ils ont installé un petit autel à Notre Dame. Les enfants reçoivent une solide éducation. Raymond, délicat et chétif, avait un tempérament vif et obéissant. Très doué pour les études, il va à l'école de Pabianice.

2- Les deux couronnes

     Un événement marque l'enfance de Raymond. En 1904-1905, sa maman le gronde, il prie Marie et, se trouvant à l'église, la Vierge lui apparaît tenant dans ses mains deux couronnes : une blanche, signe de la pureté, et une rouge, signe du martyre. Il les accepte toutes les deux. Toute sa vie se réalisa selon ce dessein. Dès ce moment, il se confie totalement à Marie. La prière devient pour lui source de grâces et de conversion.

3- Vocation franciscaine

     Les franciscains conventuels prêchent une mission pour le carême 1907. Cela suscite chez Raymond l'appel à la vocation. À l'automne 1907, il entre au séminaire des Frères mineurs conventuels de Leopoli, fasciné par l'idéal franciscain. Le 4 septembre 1910, Raymond revêt l'habit franciscain et prend le nom de frère Maximilien. Le 5 septembre 1911, il prononce les premiers vœux religieux. De 1912 à 1919, il suit à Rome les cours de philosophie et de théologie.

     Il fait la profession solennelle le 1er novembre 1914. Il est ordonné prêtre le 28 avril 1918.

     En 1917, à Rome, il fonde la Mission de l'Immaculée : spiritualité fondée sur le don total à l'Immaculée conception pour devenir un instrument entre ses mains. Sur la même lancée, il crée en janvier 1922 le journal Le Chevalier de l'Immaculée.

     En août 1927, il fonde Niepokalanow, « la cité de l'Immaculée », près de Varsovie où ils seront jusqu'à près de 800 religieux. Il y met en place une maison d'édition et une station de radio, toutes deux destinées à promouvoir la vénération de la Vierge-Marie.

     En 1930, il vit le même apostolat au Japon avec quatre frères, où, en 1931, il fonde une autre Cité de Marie près de Nagasaki. Le couvent construit sur une colline, le dos tourné à la ville, à l'étonnement de tous, sera le seul bâtiment resté debout lors de l'explosion de la bombe atomique en 1945.

     En 1939, sa fraternité fournit l'abri à des réfugiés polonais, catholiques ou juifs. Il est arrêté une première fois et battu, avant d'être libéré.

4- À Auschwitz

     Le , il est arrêté par la Gestapo et violemment battu car il refuse de renier Jésus-Christ puis transféré le 28 mai vers le camp d'Auschwitz, sous le matricule 16670. En juillet 1941, un homme disparaît dans le bloc 14, où se trouve le père Kolbe. En représailles les nazis sélectionnent dix hommes de la même baraque qui, enfermés, sont condamnés à mourir de faim.

     Maximilien Kolbe se porte volontaire pour remplacer l'un des dix prisonniers, père de famille. Les nazis consentent à la substitution ; les dix prisonniers sont enfermés dans un bunker souterrain du camp à peine éclairé par des ouvertures étroites. Bien que la faim et la soif poussent les condamnés à la folie de s’entre-tuer après quelques jours seulement, le prêtre Maximilien réussit à faire régner le calme et la piété entre ses compagnons de cette tragédie au moyen de prières et d'oraisons. Après deux semaines sans nourriture, seul le père Kolbe qui a soutenu et vu mourir tous ses compagnons, est encore en vie. La place venant à manquer, il est exécuté le 14 août 1941 d'une injection de phénol dans le bras. Son corps est brûlé dans un four crématoire le 15 août.

     Maximilien Kolbe a été béatifié comme confesseur en 1971. Le , il a été canonisé comme martyr par le pape Jean-Paul II.

La Mission de l'Immaculée (M.I.)

     Saint Maximilien Kolbe a eu cette intuition mariale dès ses années étudiantes, alors qu'il voyait d'une part le déchaînement du mal sous diverses formes, dans le monde en pleine Première Guerre mondiale, avec la montée du communisme et de la franc-maçonnerie, la mise en avant de l'athéisme et de l'anticléricalisme dans les différents aspects de la culture, et d'autre part le récit des nombreux miracles mariaux, en particulier les apparitions de la rue du Bac avec la Médaille miraculeuse, celles de Lourdes et la conversion d'Alphonse de Ratisbonne.

Entrant davantage dans le mystère de l'extraordinaire intimité de la Vierge Marie avec le Saint-Esprit, il comprend qu'elle est non seulement celle à qui Dieu a confié tout l'ordre de la miséricorde, mais aussi celle par laquelle il veut passer pour écraser la tête du serpent et ramener à lui les âmes, en particulier les plus éloignées ; la meilleure façon de servir Dieu et d'être le parfait instrument entre les mains de l'Immaculée.

     C'est le but de la M.I. : prier pour l'évangélisation des âmes et la conversion des pécheurs par l'intercession et l'abandon dans les mains de Marie Immaculée. Les armes en sont la consécration à Marie ainsi que le port de la Médaille miraculeuse. Toute la vie de saint Maximilien Kolbe montre la divine fécondité de cette inspiration.

    Déjà, tous nos saints s'accordent pour chanter combien Marie nous est une aide sur le chemin de la sainteté. Mais cette dévotion si particulière à Marie a une couleur spécialement franciscaine, et pas seulement parce que saint Maximilien Kolbe est franciscain, mais parce que, dès l'origine, saint François l'a vue tenir l'échelle blanche à ses frères pour les aider à monter aisément au ciel, puis, dans ses louanges, entrant lui aussi dans l'intimité de la relation entre la Vierge Marie et la Sainte-Trinité, il l'appelle « Vêtement de Dieu » et s’adresse ainsi à ses frères :

J’ordonne à tous mes frères, ceux d’aujourd’hui et ceux qui viendront dans l’avenir de vénérer toujours la Vierge Marie et de lui rendre un culte sur tous les chemins, par tous les moyens possibles et de s’adresser à Elle avec la plus grande dévotion et allégeance.

et aussi :

En tout péril, dans les tentations, dans les doutes et les difficultés, invoquez Marie, priez Marie, qu’Elle soit toujours sur vos lèvres et dans vos pensées.

Désormais, notre mission est de faire connaître cette dévotion à l'Immaculée et ses bienfaits au monde entier ; une cause à laquelle saint Maximilien Kolbe consommera sa vie pour la gloire de Dieu jusqu'à cette veille de l'Assomption de 1941.


Date de création : 25/02/2017 @ 23:16
Catégorie : Cholet 49 - Présentation
Page lue 5903 fois

Vous êtes ici :   Accueil » Saint Maximilien Marie Kolbe
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
4DnNkP
Recopier le code :


  Nombre de membres 25 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Webmaster - Infos